Quelles sont les possibilités de cette forme de travail?
Précédent  Chapitre 4. Placer l'élève en position d'enquêteur  Suivant

Quelles sont les possibilités de cette forme de travail?

Elles sont riches, variées et infinies. Les exemples parlent d’eux-mêmes, voici donc un aperçu de des différentes applications trouvées en cours de 2nde et 1ère ces deux dernières années...

Exemple 2 : Le jeu de rôle.

Page 1

Page 2

Page 3

Page 4

Page 5

Figure 4.2. Le jeu de rôle

Cette enquête a eu lieu sur trois séances, partagée en enquête collective et par équipe de deux. Elle était une introduction à une séquence sur le théâtre classique, après avoir terminé une séquence sur la poétique romantique. L’objectif pédagogique était de découvrir les règles du théâtre classique à travers un évènement de l’histoire littéraire, la bataille d’Hernani. Les élèves incarnaient un inspecteur de police qui était chargé d’une mission par son supérieur : enquêter sur le jeune dissident Hugo qui a provoqué une bagarre général au théâtre. Ainsi, nous avons travaillé, derrière ce petit inspecteur de police, sur des textes théoriques d’Hugo et nous avons compris les règles qu’il souhaitait abattre. Ainsi, nous avons travaillé l’écriture d’invention : notre inspecteur de police devait rédiger au terme de chaque séance un courrier officiel ou un rapport à son supérieur.

Les élèves n'ont pas eu tous les documents en même temps ; l'idée était de rebondir d'une séance à l'autre sur le travail fait précédemment. Ainsi, la séance 2 a commencé sur une réponse du supérieur lui manifestant son mécontentement quant à un travail inachevé et le menaçant de le limoger...

Exemple 3 : L’explication de texte

Lorsque nous travaillons avec les élèves une lecture analytique, nous ne pouvons travailler toutes les étapes avec eux, faute de temps et d’intérêt également. L’enquête peut permettre de focaliser le travail sur compétence en particulier de cet exercice si complexe. Ainsi, l’enquête peut être de trouver à partir de tous les éléments du texte, analysés et interprétés un plan qui les regroupe tous. Les progrès de la ma classe de 1ère STMG sur ce point ont été considérables et je les ai remarqués dans un Commentaire Composé rédigé intégralement à la maison. Si l’analyse et l’interprétation n’étaient pas vraiment au rendez-vous, le travail du plan était là. Je m'interroge en ce moment sur un moyen de les aider dans l'apprentissage de l'analyse et de l'interprétation...(Affaire à suivre...)

Exemple 4 : L’étude de l’illustration intégrale.

Je suis persuadée que l’illustration intégrale est le point le plus intéressant de notre enseignement. Elle permet aux élèves une plongée dans la littérature. Pour moi, étudier une illustration intégrale, ce n’est pas picorer quatre extraits mais plutôt chercher des parcours de l’illustration, des études globales qui obligent l’élève à tourner les pages. On s’approche du grand exercice de la leçon, qui, avec mes élèves, sous forme d’exposé ne marche pas. Pourquoi ? Car mes élèves s’enferment eux-mêmes sur internet et s’empêchent de réfléchir. En classe, ils n’ont que leur binôme et leur livre : pas d'échappatoire possible!

Cette illustration est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

NB: ERRATUM pour la première loupe: Cherchez les six didascalies de la pièces où le bracelet serpent est évoqué...

Cette illustration est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Texte complémentaire "La Genèse"

Figure 4.3. Enquête sonnet

Tous les élèves n'ont pas (encore) lu l'oeuvre et ce n’est pas grave pour la séance de travail. En effet, la lecture veut aussi dire étymologiquement « cueillir ». Si mes élèves ne lisent par eux-mêmes, tous seuls, l’illustration que je leur ai donnée à lire, c’est mon rôle de les amener à rentrer dedans autrement. Ainsi, La putain respectueuse de Sartre a fini, au terme de notre longue séquence, par être lue intégralement par 30 élèves sur 32 en 1ère STMG. Deux grandes enquêtes « parcours de l’illustration » nous ont guidés : Pourquoi Lizzie a-t-elle un bracelet serpent ? En quoi Lizzie est-elle une drôle de putain, une putain respectueuse ?

Ce travail peut aussi s’appliquer pour une illustration complémentaire. Ainsi, j’ai travaillé pendant une séance d’une heure seulement en Littérature et Société la BD "Le der des der" de Tardi. L’enquête à résoudre a été construite ensemble après avoir lu la première vignette et étudié le titre : En quoi une BD qui se déroule en 1920 peut-elle parler de la 1ère guerre mondiale ?

Cette illustration est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Page 1

Cette illustration est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Page 2

Figure 4.4. "Le der des der" de Tardi

Exemple 5 : Travailler le sujet d’invention

Avec une classe de 1ère ES, l’enquête a été notre fil conducteur dans l’étude de Médée de Corneille. La classe a rédigé un dossier d’instruction pour le procès de Médée : réquisitoire contre Egée, témoignage de Theudas, expertise de l’illustration de Corneille quant aux motivations de Médée, PV de la scène de crime et discours de Médée. Tout ce travail n’a pu être fait qu’après un gros travail d’enquête dans l’illustration… Pour lire ce dossier d'instruction, je vous invite à lire sur le site du lycée Charlie Chaplin le numéro 7 du Canard de Chaplin...