Réponse immunitaire et pronostic de persistance ou de régression
Précédent  RELATIONS VIRUS - RÉPONSE IMMUNITAIRE  Suivant

Réponse immunitaire et pronostic de persistance ou de régression

Devenir possible de l’infection à HPV.
Figure 5. Devenir possible de l’infection à HPV.

D’après Stanley M. Immune responses to human papillomavirus. Vaccine 2006; 24 (Suppl 1):S16-S22


Immunité à médiation humorale

La réponse humorale se traduit par la prolifération et la différenciation des lymphocytes B et donc par la synthèse, dans les sécrétions et le sang, d’anticorps dirigés contre les protéines de capside L1 et L2 du virus HPV.

Immunité à médiation cellulaire

La composante cellulaire de l’immunité cervicale joue un rôle déterminant dans le contrôle et l’élimination des lésions précancéreuses. La stimulation du système immunitaire lymphocytaire T, initialement naïf vis-à-vis des HPV, passe obligatoirement par une présentation de l’antigène viral aux lymphocytes T, par des cellules présentatrices de l’antigène (CPA). Les CPA présentent ces antigènes à la fois aux lymphocytes T CD4 qui se differencieront en lymphocytes T "helpers" ou auxiliaires et aux lymphocytes T CD8 qui se differencieront en lymphocytes T "cytotoxiques" (ou CTL). Les lymphocytes T ainsi stimulés, migrent grâce à la circulation sanguine vers les épithéliums infectés et détruisent les kératinocytes infectés selon 2 modalités :

Caractéristiques immunitaires dans le cas d’une infection persistante à papillomavirus ou d’une régression-clairance.

Cette illustration est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les mêmes conditions 4.0 International

Figure 6. Caractéristiques immunitaires dans le cas d’une infection persistante à papillomavirus ou d’une régression-clairance.